Identification OPAC

GentillyLa médiathèque

Recherche dans le catalogue

0

Bob Dylan, prix Nobel de littérature 2016

L’Académie suédoise a choisi de récompenser le musicien et poète américain « pour avoir créé [...] de nouveaux modes d’expression poétique ».

Le chanteur américain est le premier musicien à être distingué par cette prestigieuse récompense.images
Depuis son premier album sorti en 1962, Bob Dylan a écrit environ 500 chansons. Et dès le départ, ce fils de commerçant juif né dans une petite ville morne du Minnesota (Etats-Unis) s'est inscrit comme un auteur qui prête une attention particulière à ses textes, autant que comme un chanteur et un musicien.
Robert Zimmerman (son vrai nom) était un lecteur compulsif. Il a été à la fois influencé par la musique folk de Woodie Guthrie ou le blues de Robert Johnson et par toute une série d'écrivains. Notamment ceux de la Beat Generation (Jack Kerouac, Allen Ginsberg), ainsi que les poètes français – Arthur Rimbaud reste une de ses influences majeures. Le pseudonyme Bob Dylan est même probablement un dérivé du nom d'un poète gallois, Dylan Thomas.
Dylan est une histoire de l’Amérique à lui seul, synthétisant dans son œuvre la poésie surréaliste de la beat generation, l’austérité militante du folk, la complainte du blues, l’énergie révoltée du rock et la chronique de la vie quotidienne propre à la country.
Sous le nom de Chroniques, volume 1, Bob Dylan a publié en 2004 une des meilleures autobiographies d'artistes contemporains. Encensé par la presse, le livre, truffé d'autodérision et de fulgurances, démontre tous les talents d'écrivain et de conteur de Dylan.

Lire la suite : Bob Dylan, prix Nobel de littérature 2016

Exposition Ludwig van

Du 14 octobre 2016 au 29 janvier 2017, une exposition autour du mythe Beethoven s’installe à la Philharmonie de Paris.


Joué et célébré de son vivant, encensé après sa mort, mais aussi récupéré, imité, détourné, mythifié : imagesbeethovenla légende internationale et atemporelle qui s’est construite autour du compositeur allemand Ludwig van Beethoven (1770-1827) inspire la Philharmonie de Paris. Qui organise toute une exposition sur la fabrique et l’actualité du génie beethovenien, avec de nombreux témoignages et plus de 250 œuvres visuelles et sonores.
A travers les salles, le visiteur ne découvre pas la vie du compositeur ou des analyses de sa musique, mais vraiment ce qui a construit l’image que l’on a aujourd’hui de Beethoven. Si l’image de Beethoven s’invite dans toutes les pièces de cette exposition, son oeuvre résonne aussi un peu partout.


L’exposition s’accompagne de deux cycles de concerts rapprochant l’œuvre du maître de celles de ses héritiers, ainsi que d’une intégrale des trente-deux sonates pour piano interprétées sur instruments d’époque.

Pour en savoir sur cette exposition, cliquez ici

La médiathèque possède des documents consacrés à Beethoven : livres, dvd et bien sûr  de nombreux disques

Lire la suite : Exposition Ludwig van

Le Centre Georges Pompidou fête ses 40 ans

Les 4 et 5 février, le Centre Pompidou invite le public le temps d’un week-end à fêter cet anniversaire. Et c’est gratuit !

Le Centre Pompidou sera ouvert pour l’occasion de 11h à 12h le samedi et de 11h à 21h le dimanche. Les visiteurs sont invités à partager visites guidées, parade, performances, concerts, ateliers, cabaret, bal, etc.

Tous ses étages  seront ouverts gratuitement pour fêter son anniversaire : du Forum au Belvedère, dePompidou la Piazza au musée en passant par les galeries d’exposition et les salles de spectacles et de cinéma

C’était le 31 janvier 1977 : le Président Valéry Giscard d’Estaing inaugure au côté de son Premier Ministre Raymond Barre un projet d’envergure initié par son prédécesseur, un Centre national d’art et de culture dont l’architecture avant-gardiste créé alors une intense polémique. Ce centre d’art ce n’est pas, comme on s’amusait à l’appeler à l’époque, « Notre-Dame de la Tuyauterie », mais bien le Centre Pompidou, institution que l’on ne présente plus dont la collection fait partie, avec celles du MoMA et de la Tate Modern, des plus importantes au monde en matière d’art moderne et contemporain.


En 2017, le Centre Pompidou soufflera donc sa 40ème bougie et, une fois n’est pas coutume, c’est lui qui fera des cadeaux. 40 ans, 40 villes et (en trichant un peu) une cinquantaine d’événements dans toute la France, c’est le programme alléchant de cette année anniversaire qui commencera avec un peu d’avance et dont le point culminant sera la grande fête du 4 février, date anniversaire de l’ouverture au public, à Beaubourg.

Pour plus d'informations cliquez sur ce lien

"Exposition Jamaica Jamaica !"

Jusqu'au 13 août à la Philharmonie

Jamaica

Cette exposition réunit instruments, photographies, peintures et films rares, et révèle les multiples facettes de la musique jamaïcaine.

Car la Jamaïque ne saurait se résumer au reggae, encore moins à Bob Marley. Du burru au dancehall, du mento au ska ou au rocksteady, l’ancienne possession britannique dans les Caraïbes a engendré une foule de musiques méconnues. L’exposition Jamaica, Jamaica ! entreprend de les réhabiliter. Sébastien Carayol, commissaire de l'exposition, nous explique que  "toutes ces musiques ont été façonnées par le contexte historique et social de l’île. Quand on les écoute un peu sérieusement, remontent vite à la surface Marcus Garvey, Haïlé Sélassié, ou le rôle de la politique dans l’état de pauvreté de la Jamaïque. Depuis le XVIIIe siècle, les musiques jamaïcaines entrent en résistance. Contre le gouvernement colonial, contre les guerres quasi civiles après l’indépendance de 1962... "

Pour plus d'informations cliquez ici pour accéder au site de la Philharmonie

Vous pouvez consulter cette sélection discographique réalisée en 2011 par La médiathèque, et emprunter les quelques 200 documents qu'elle met à votre disposition.

DiscogaphieReggae.pdf

"Le monde selon Topor"

Jusqu'au 16 juillet, Exposition à la BNF François-Mitterand

Hommes de lettres, virtuose du crayon, intellectuel engagé, il prêta son trait et son esprit corrosif au expo monde topor gdmonde de l'édition, du théâtre, du cinéma, de la télévision. La BNF lui consacre une formidablze rétrospective en trois cents affiches, dessins originaux, extraits de films ... Une oeuvre énorme, à la mesure de la bêtise et de la méchanceté humaine, qu'il tenta de fuir toute sa vie par le génie d'un rire puissant.

Pour en savoir plus, cliquez ici

OPAC Sélection de notices

"Exposition Walker Evans"

Jusqu'au 14 août au Centre Pompidou

Cet accrochage (photos, vidéos, installations) témoigne de l'incroyable inventivité de Walker Evans. En album d exposition walker evansun demi-siècle, il aura tout fait avec une virtuosité impressionnante: l'inventaire vernaculaire, la street photography avec ses images de passants, d'usagers du métro, la photo de famille avec un Polaroid, la nature morte, etc. L'une des plus belles expositions du moment.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Vous pouvez emprunter les livres suivants au secteur Arts de La médiathèque.

OPAC Sélection de notices

Pierre Henry (1927-2017)

Pierre Henry est considéré comme le pionnier, avec Pierre Schaeffer, de la musique Pierre Henryélectroacoustique.

Il apprend la composition auprès de Nadia Boulanger, le piano et la percussion avec Félix Passeronne et l'harmonie avec Olivier Messiaen. Il rejoint en 1946 Pierre Schaeffer dans les studios de la Radio et Télévision Française (RTF). De cette collaboration va naître une oeuvre fondatrice de la musique concrète : la Symphonie pour un homme seul. Cette oeuvre, sorte de suite à la française, sera chorégraphiée en 1949 par Maurice Béjart.

Pierre Henry est engagé par les studios de la RTF en tant que chef des travaux du Groupe de Recherche sur les Musiques Concrètes (GRMC). Ce groupe est rebaptisé GRM (Groupe de Recherches Musicales) en 1958. Cette même année, Pierre Henry quitte la RTF pour fonder son propre studio : APSOME (Applications de Procédés Sonores en Musique Electroacoustique).

En 1949 débute une prolifique collaboration avecle chorégraphe Maurice Béjart. Pour une commande de ce dernier, Pierre Henry compose une oeuvre qui sera sa signature pour le grand public : Messe pour le Temps présent (co-écrite avec Michel Colombier). Composée comme une suite de danse, Béjart crée une chorégraphie donnée pour la première fois au Festival d'Avignon en 1967. Le grand public retiendra surtout de cette oeuvre le tube Psyché Rock.

Grand collecteur et sculpteur de sons, Pierre Henry devient une référence pour nombre d'artistes de musique électronique.

Lire la suite : Pierre Henry (1927-2017)

"Maria by Callas"

La Seine musicale, Boulogne-Billancourt, du 16 septembre au 14 décembre 2017

Pour célébrer le quarantième anniversaire de sa disparition, c'est à Maria Callas que La Seine Affiche webmusicale consacre sa première exposition. De nombreuses archives inédites ont été réunies, formant un parcours scénographié de près de 1 000 m2. Photos, films et enregistrements privés, lettres, interviews audio et vidéo, ou encore costumes de scène, invitent le visiteur à s'immerger dans les souvenirs de la diva.  

La médiathèque possède un fonds de disques compacts, de dvd et de livres sur cette immense artiste. Pour consulter la liste

Lire la suite : "Maria by Callas"

Filtres facettes