On en parle

GentillyLa médiathèque

Recherche dans le catalogue

0

Pop music, 1967-2017. Graphisme et musique

Du 14 juin au 13 juillet 2018 à la Cité internationale des arts, Paris
Entrée libre, du mardi au dimanche (14h-19h)

1967 marque l’histoire du rock et de la contre-culture. C’est l’année du Summer of Love en Californie, du premier concert de Jimi Hendrix au festival de Monterey ainsi que de la sortie de l’album Sergent Pepper pop music 1200 628 1des Beatles. Les pochettes des disques vinyles font l’objet d’une attention particulière. Directeurs artistiques, graphistes, illustrateurs, typographes et photographes sont mis à contribution par les maisons de disques pour concevoir et réaliser les pochettes des groupes pop comme de véritables œuvres d’art. Des moyens importants peuvent accompagner la promotion d’un disque dont l’aspect visuel devient déterminant. Intimement liés, le graphisme et la musique vont dorénavant profondément influencer la mode, la publicité et les magazines.

L'exposition contient 1200 albums, 600 biographies de groupes et d’artistes, 100 pochettes de disques commentées, 16 studios graphiques invités.
Trois époques sont traitées séparément : de 1967 à 1982, de 1983 à 1999, puis de l’an 2000 à 2017, avec l’accent mis sur les productions américaines, britanniques et françaises. Près de 1300 pochettes d’albums sont présentées sur l’ensemble de l’exposition, accompagnées de nombreux repères et commentaires musicaux, historiques et graphiques. Des portraits d’artistes, photographies de concerts et des magazines musicaux complètent le propos, ainsi qu’une bande-son personnalisée.

"Daho l'aime pop !"

À la Philharmonie
Du 5 décembre 2017 au 29 avril 2018

Le chanteur n'est pas le sujet de l'expo, il en est le maître d'oeuvre. Daho l'aime pop! est le portrait daho popd'une époque et d'un style.
L'exposition fait dialoguer musique et photographie avec une réunion de 200 photos signées ou choisies par Étienne Daho autour du monde de la musique pop française.
C'est un défilé en images de chanteurs, chanteuses et musiciens qui ont fabriqué la pop française. Elie et Jacno succèdent à Bashung et Sylvie Vartan devance les Dogs. Le fou chantant Charles Trenet ouvre la marche, l’étrange électro dansant Jacques ferme l’ouvrage.
Étienne Daho s'est fait connaître au sein de la scène musicale de Rennes dans les années 1980. Depuis cette époque, il a gardé un goût prononcé pour la musique populaire française, qu'il côtoie de près avec son appareil photo et à laquelle, bien sûr, il participe avec une série de tubes (dans des albums tels que Mythomane, La notte, la notte et Pop Satori).
Rock, sensuel, underground, l'univers unique de ce projet musical et visuel est tout à fait prometteur, et entre en résonance avec son nouvel album intitulé Blitz.

Pour en savoir plus sur cette exposition, cliquez ici

"Mondes tziganes : la fabrique des images"

 Exposition du 13 mars au 28 août 2018 (Palais de la Porte Dorée)

Le Musée de l'Histoire de l'immigration met à nu un siècle de clichés. Il aborde dans une foisonnante affiche espo tziganesexposition la question de la représentation des Tsiganes par la photographie, de 1860 à 1980. Rassemblant plus de huit cents images (documents, photographies d'auteurs, identités judiciaires...), le parcours décrypte la construction des stéréotypes associés à cette population stigmatisée.


Le musée dévoile également le sublime travail du photographe Mathieu Pernot sur la famille rom des Gorgan. Ce récit au long cours complète ainsi le dispositif sous un angle plus intimiste.


Bohémiens, Gitans, Manouches, Romanichels, Roms, nomades, gens du voyage... Ainsi a-t-on appelé les hommes et les femmes des peuples tsiganes, suivant les lieux et les époques.
Perçus comme des éternels errants, menaçants et suspects, intrigants et fascinants, les Tsiganes, dans leur diversité, traversent l’histoire de la photographie. En consignant au fil d’un parcours thématique et chronologique les multiples modes de représentations de ces communautés tsiganes, le musée met à nu ce qu’il appelle “une fabrique des images” et la création d’un sujet iconique, construit sur des stéréotypes. En effet, les Tsiganes ont été montrés comme un peuple asocial, étranger, voire dangereux.

Lire la suite : "Mondes tziganes : la fabrique des images"

Exposition Barbara

Une exposition dédiée à Barbara vous accueille à la Philharmonie de Paris du 13 octobre 2017 au 28 janvier 2018.


Vingt ans après sa disparition, c'est la plus grande exposition jamais consacrée à sa vie et à son Barbaraoeuvre. Elle rappelle à travers plus de 400 documents — dont la moitié inédits — combien la dame brune a marqué son époque, et à quel point sa vie a nourri ses chansons.
De son enfance à ses plus grands succès en passant par son intimité amoureuse et amicale, le parcours est complet. Grâce à une scénographie théâtrale et inventive, l'exposition est une expérience aussi bien musicale que visuelle, qui se termine dans un éclat de verdure et passe par des rideaux rouges s'ouvrant sur la dentelle des robes de Barbara.

Pour en savoir plus sur cette exposition, cliquez ici

Lire la suite : Exposition Barbara

Eskelina en concert à Gentilly

Jeudi 5 juillet / 18h30 - 20h30, Parvis du service culturel de Gentilly (gratuit)

Entre la flamboyance ardante d'une Lhasa de Sela et le mutin d'une Emily Loizeau, Eskelina explore toute la palette de son identité avec l'assurance d'une séductrice qui ne se laisse enfermer ni par la société, ni par la bien-pensance.

Des chansons à la fois actuelles et intemporelles. Un univers envoûtant taillé à la mesure de cette magnifique interprète.

Prix du Jury et Prix du Public Georges Moustaki 2016

Les enregistrements d'Eskelina sont disponibles à La médiathèque.

La verticale
RDM modifié par B M GENTILLY

Thelonious Monk

Thelonious Sphere Monk vient au monde en Caroline du Nord, en 1917, l'année de la naissance du jazz.
Au début des années 1940 à New York, le jeune homme va bouleverser le cours du jazz lui-même en Monkétant au coeur, avec quelques autres musiciens tels le trompettiste Dizzy Gillespie, d'un mouvement alors naissant: le bebop.
Mais avec en plus, selon le pianiste français Laurent De Wilde, grand spécialiste du musicien, "une longueur d'avance, ou une longueur à côté".
"C'était quelqu'un d'extrêmement humoristique, qui créait la surprise. Tous ses décalages donnent l'impression qu'il se casse la figure, mais pas du tout. Il joue avec l'équilibre et c'est ça qui fait avancer sa musique. C'est quelqu'un qui est à la fois dans la rupture, dans la discontinuité et en même temps dans l'assise rythmique", explique Laurent De Wilde.
Parmi ses nombreuses compositions, citons "No Chaser", Blue Monk", "Off Minor", "Round Midnight", autant de standards. Il y a un avant et un après Monk dans l’histoire du jazz, et l’incroyable richesse de son héritage ne cessera sans doute jamais de fasciner.

Lire la suite : Thelonious Monk

Le Cinquantenaire de Mai 68

Le mouvement de Mai 68 fête son cinquantenaire ! L'occasion de revenir en images et en mots sur cette forme inédite de protestation, propre au XXe siècle. Née dans une société d'opulence, ...

Lire la suite : Le Cinquantenaire de Mai 68

"Maria by Callas"

La Seine musicale, Boulogne-Billancourt, du 16 septembre au 14 décembre 2017

Pour célébrer le quarantième anniversaire de sa disparition, c'est à Maria Callas que La Seine Affiche webmusicale consacre sa première exposition. De nombreuses archives inédites ont été réunies, formant un parcours scénographié de près de 1 000 m2. Photos, films et enregistrements privés, lettres, interviews audio et vidéo, ou encore costumes de scène, invitent le visiteur à s'immerger dans les souvenirs de la diva.  

La médiathèque possède un fonds de disques compacts, de dvd et de livres sur cette immense artiste. Pour consulter la liste

Lire la suite : "Maria by Callas"

Filtres facettes