GentillyLa médiathèque

Recherche dans le catalogue

0

Wa ha ha, 3 contes du pays du soleil levant


Samedi 16 avril 2016, la médiathèque et la bibliothèque de quartier du Chaperon Vert vous invitent à un rêverie


2016 04 16 affiche wa ha ha

Hiromi Asaï, conteuse japonaise, avec grâce, finesse et humour, nous emmène en voyage dans les temps reculés, le temps d'un après-midi.

Les portes s’ouvrent au son cristallin d’une clochette et nous voilà au pays du soleil levant… On y rit beaucoup, d'abord d'une ogresse enragée par un petit garçon désobéissant, puis d'une déesse honteuse de se découvrir si laide et enfin d'animaux plus pérentieux les uns que les autres.

 

 

Trois contes japonais :

Les trois porte-bonheur
L'aventure d'un garçon têtu qui essaie de s'échapper des mains de l'ogress en utilisant les porte-bonheurs offerts par son maître

2016 04 16 wa ha ha l ogresse

Le poisson-démon et la déesse de la montagne
Une déesse se découvre moche et retrouve finalement sa bonne humeur en rencontrant un poisson-démon aussi laid qu'elle.
Ce conte est raconté avec un support Kamishibaï (théâtre de papier - 17 planches d'illustration)

Pourquoi le homard a-t-il le dos tordu ?
Le voyage des animaux vaniteux qui se croient les plus grands du monde, sur les rythmes cadensés du cajon-percussion.

 


Voir l'extrait d'un précédent spectacle de l'artiste

 

  • L'histoire du Kamishibaï

2016 04 16 wa ha ha Kami (papier) shibaï (théâtre)
Butaï (castelet ou théâtre de bois)

Les origines du kamishibaï remontent au XIIe siècle. Les bonzes parcouraient le pays pour convertir les Japonais au bouddhisme. Ils utilisaient des illustrations, peintes sur des rouleaux de toile ou sur des planches en carton glissées dans un cadre en bois qu’ils portaient sur le dos. L’arrivée du cinéma au XXe siècle, obligea des dizaines de milliers d’artistes employés dans les théâtres d’ombres (joués la nuit) à se reconvertir. Ils eurent l’idée d’utiliser le kamishibaï pour continuer à raconter leurs histoires lors d’ animations de rue. Le premier kamishibaï pour enfant fut créé dans les années 1920. Le succès fut immédiat : on comptait 3 millions de conteurs dans le pays en 1937.
Durant la 2e guerre mondiale et dans les années qui suivirent, le kamishibaï devint une partie encore plus intégrante de la société en tant que distraction de masse.
Dans les années 50, le kamishibaï était si populaire que la télévision a été initialement dénommé "kamishibaï électrique." Mais, avec l'enrichissement du Japon et les encombrements de la vie moderne, l’arrivée de la télévision entraîna la disparition des conteurs.
Le butaï (théâtre ou castelet en bois) focalise l'attention des auditeurs sur l'illustration. Il sépare d'une manière nette et précise le monde réel qui nous entoure et celui de la fiction. L’histoire est contenue dans une série planches illustrées (kamishibaï) dont chacune représente une séquence. La première image apparaît au centre du théâtre tandis que le texte, imprimé en décalage, se trouve au verso de la planche précédente. Le récitant fait défiler les planches qui s’intègrent les unes aux autres en fondue enchainée à la façon d’une BD. Leur manipulation permet de faire naître des sensations telles : la stupeur, le suspens, l’hésitation et bien d’autres encore.

Bien que les enfants du XXIe siècle soient entourés d’écrans de toutes sortes, le kamishibaï se fait de plus en plus présent dans les milieux éducatifs.

 

2016 04 016 Wa ha ha 032016 04 16 wa ha ha Pourquoi le homard a t il le dos tordu 1 S Perra tailleSamedi 16 avril 2016

Lecture chorégaphiées

De 4 à 7 ans

Avec Hiroshi Asaï
Collaboration artistique Dominique Bacle
Illustration David Chamalet




14h30 La bibliothèque du Chaperon Vert

17h  La Médiathèque


Gratuit sur réservation (à partir du 25 mars) auprès de la médiathèque ou à la Bibliothèque du Chaperon Vert

Filtres facettes

En ce moment ?

Calendrier de novembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
Fin du calendrier
   01020304
05060708091011
12131415161718
19202122232425
2627282930